21 janvier 1944


On laissa brûler!

Le 21 janvier 1944, un important incendie se déclare sur la rue des Cascades, face à la caserne des pompiers de Saint-Hyacinthe.


En l’espace de quelques heures, sept commerces et cinq maisons sont rasés au sol ; le quadrilatère formé des rues Cascades, Sainte-Marie, Calixa-Lavallée et Duclos n’est plus que ruines.


Pourtant, le délai d’intervention des pompiers est presque nul et ils sont aidés dans leurs efforts par les sapeurs de l’École de Marine.


Et c’est ce qui rend ce sinistre particulier. Dans l’édition du 28 janvier 1944 du Courrier de Saint-Hyacinthe, Harry Bernard se demande en éditorial pourquoi les pompiers ont été ainsi réduits à l’impuissance. La réponse prend la forme d’un manque d’eau, d’une baisse de pression et de machinerie inadéquate à l’aqueduc.


L’affaire se corse la semaine suivante quand monsieur Bernard revient à la charge en déclarant tout simplement : on laissa brûler ! Il ajoute même que le refus par la ville d’accepter l’aide de la Southern Canada Power pour alimenter les pompes en électricité est en grande partie responsable du désastre ; ce que n’acceptent pas de reconnaître les autorités municipales, dont le maire, Télesphore-Damien Bouchard en tête.