Introduction


Par Paul Foisy
Membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe
Membre associé à la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements.

Dans la première partie du XIXe siècle, les habitants de Saint-Hyacinthe vivent encore sous le régime seigneurial. En 1831, l’agglomération compte 1500 âmes et, vingt ans plus tard, la population se situe à près de 3200 personnes. Saint-Hyacinthe est incorporé en municipalité de village en 1849 et Louis-Antoine Dessaulles devient le premier maire. Loin d’être la ville que l’on connait aujourd’hui, Saint-Hyacinthe est encore à ce moment-là une communauté rurale.


Mais quels étaient donc les loisirs pratiqués par les membres des communautés rurales à cette époque ? Michel Bellefleur, qui a publié de nombreux ouvrages sur le sujet, écrit que « la pipe au coin du feu, les chansons et contes, les jeux de cartes ou de dames à la veillée et ceux des enfants, les horoscopes, les lectures de journaux, les roman-feuilletons, les récits et nouvelles à sensation, les rencontres de voisins, parents et amis, les repas et les fêtes familiales, civiques et religieuses, les promenades, les visites, les excursions, la cueillette de fruits sauvages, les tours de force, les courses de chevaux, les rencontres sociales associées aux corvées saisonnières, les rares occasions de danser et de prendre un verre, les expositions et foires agricoles, les balbutiements du tourisme sous forme de pèlerinage par bateau à vapeur ou chemin de fer », constituent la panoplie des divertissements au XIXe siècle.


Dans ces  quelques pages, nous aborderons certaines activités de loisirs qui ont marqué de façon significative l’histoire de Saint-Hyacinthe. Il sera question, entre autres, de courses de chevaux, de la crosse, de baseball, d’excursions en train et en bateaux, de théâtre ainsi que de cyclisme et d’activités nautiques.

Mais avant de commencer, mentionnons deux faits importants. D’abord, il faut savoir qu'une des premières activités physiques pratiquées à Saint-Hyacinthe est le jeu de paume, l’ancêtre du tennis. En effet, le Centre d’histoire conserve un dessin réalisé en 1840 représentant un jeu de paume installé dans la cours du collège de Saint-Hyacinthe.


Ensuite, il faut garder à l’esprit l’importance du chemin de fer qui joue un rôle essentiel au développement de Saint-Hyacinthe. L’aménagement de la voie ferrée et l’entrée en gare d’un premier train, en décembre 1848, marquent le début d’une période où l’activité économique, sociale et culturelle fait de Saint-Hyacinthe un lieu où il fait bon vivre. Chef-lieu du diocèse (1852), du district judiciaire et haut lieu d’une activité intellectuelle forte avec la présence du collège, de journaux et de nombreux clubs sociaux, Saint-Hyacinthe connait une forte industrialisation menée par des hommes qui avaient à cœur le développement de leur milieu de vie.


Ainsi donc, la petite communauté rurale est devenue, au fil des ans, un ensemble urbain. Les loisirs et divertissements pratiqués dans la seconde moitié du XIXe siècle reflètent, en quelque sorte, ce passage vers la modernité.


Photo:
Jeu de paume au Collège de Saint-Hyacinthe en 1840.
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH001/17