On joue aux quilles à la Philharmonique!


En septembre, c'est le temps de la rentrée scolaire, mais c'est également le début des activités de loisirs organisés.


En 1900, dans les locaux de la Société Philharmonique, situés au 8 rue Saint-Dominique, à quelques pas de la rue Cascades, certains habitués peuvent y jouer aux échecs, au whist, aux dames, au billard, au pool, mais également aux quilles. En effet, des tables de quilles sont mises à la disposition des sportifs. Comme vous le constatez, à cette époque, la Philharmonique est plus qu'une fanfare de 35 musiciens.


Le journal L'Union, du 8 septembre 1900, nous en apprend un peu plus sur les quilleurs. « Voici la composition des équipes des joueurs de quilles pour le prochain concours: 1ère équipe, MM. J. Chaput, capitaine. Aug. Séguin, Théo Monette, Rodolphe Flibotte, T. A. Bédard, G. E. Sicotte, Ed. Chaussé et J. H. Morin; 2ième équipe, MM. L. A. Cadorette, capitaine, Jules Boivin, Henri Sicotte, George Morel, L. Ringuet, J. A. Cadorette, Claude Orsali et Henri Daoust. M. Eugène Boivin sera l'arbitre du concours. Les joueurs de quilles se sont formés aussi un club dépendant de la Société Philharmonique. M. T. A. Bédard a été choisi président, avec M. J. A. Cadorette, comme secrétaire et M. G. E. Sicotte comme secrétaire-archiviste. »


On ne sait pas s'il s'agit alors d'une ligue de quilles organisée ou simplement d'un concours entre les deux équipes. Cependant, un article paru dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe, le 1er décembre de la même année, confirme qu'il s'agit d'une pratique qui semble régulière puisqu'on publie un résumé des parties qui se sont déroulées le 27 novembre. « Mardi soir sur les tables de la Philharmonique il y avait une joute très intéressante de quilles entre la première et la seconde équipe. Malgré l'intérêt de la grand (sic) joute d'échecs dans une autre salle il y avait [une] nombreuse assistance à cette lutte entre joueurs de presqu'égale force, qui a soutenu l'anxiété jusqu'à la dernière bille. » 


Au final, après trois parties, le pointage total de la première équipe de six joueurs se solde à 3014 points. La deuxiéme équipe qui perd la rencontre affiche un total de 2993 points. Selon l'article du Courrier, c'est grâce aux performances de T. Monette que la première équipe est victorieuse: « [...] c'est M. Théo Monette qui a sauvé la partie pour la première équipe, par sa série de champion, la plus forte que se soit encore faite en cette ville croyons nous. Pour la petite histoire, M. Monette a obtenu un 211, un 236 et un 179 pour un total de 625 points, la meilleure performance de la soirée.


Ces deux courts articles, par le language employé par les rédacteurs, nous permettent de percevoir un peu qu'elle était l'atmosphère de l'époque. Mais en s'y arrêtant un peu, une table et des billes pour jouer aux quilles? 


Une recherche non-exhaustive sur internet nous apprend qu'il existe bel et bien des tables de quilles. On peut y jouer en lançant les billes ou en les projetant avec une queue de billard. Allez savoir de qu'elle façon on pratiquait cette activité à la Philharmonique à cette époque...


Plus tard, lorsque la Société Phiharmonique s'est installée rue Cascades à l'angle sud-ouest de la rue Mondor, on s'est assuré d'aménager de vraies allées de quilles pour attirer une autre clientèle. Pendant plusieurs années, les quilles étaient très populaires au sein de la Philharmonique. Qu'on se le dise!


Paul Foisy, septembre 2019.


Photo: Deux quilleurs photographiés dans le studio de B.J. Hébert, vers 1905. Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH085.