Notes d’histoire de Saint-Hyacinthe (14)


Par Luc Cordeau
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 28 novembre 2007

La Canadian U.S. Knitting.
Le Québec est frappé par une récession économique au cours des années 1920 à 1922, qui affecte notamment l’agriculture et l’industrie. La reprise s’amorce dès l’automne 1922. Journal Le Clairon, Saint-Hyacinthe, 1er septembre 1922 : «La condition du travail s’améliore à Saint-Hyacinthe. […] Quant à nos filatures, la Canadian Manhasset, la Penman’s et cette nouvelle, qui vient à peine de se mettre en fonction, la Canadian US Khitting, fonctionnent bien pour le temps, et on ne doute pas que leurs affaires vont aller en s’améliorant».


Le Clairon, 29 décembre 1922 : «Le maire Bouchard vient de conclure, dans la matinée, un arrangement avec la compagnie U.S. Knitting, en vertu duquel cette compagnie a décidé de construire une importante manufacture à Saint-Hyacinthe en 1923. Les citoyens donneront un site d’une valeur de quatre mille quatre cents dollars. Cette compagnie se propose d’employer cent personnes, et d’investir entre cent cinquante et deux cent mille piastres de capital dans cette affaire. Les plans de la nouvelle industrie seront préparés dès la semaine prochaine».




«Le maire Télesphore-Damien Bouchard en compagnie du président de la Chambre de commerce, ont conclu un arrangement avec monsieur Miller, gérant général de la Compagnie Canadian Knitting Company, au sujet de l’établissement à Saint-Hyacinthe d’une nouvelle industrie. La Canadian U.S. Knitting Company, est une filiale de la United States Knitting Company ayant d’importantes manufactures à Pawtucket (États-Unis). La manufacture de Saint-Hyacinthe fabriquera des tricots de coton et de laine servant à la fabrication d’articles en caoutchouc. Ces produits serviront à la consommation domestique et pour l’exportation dans toutes les possessions britanniques. La manufacture qui sera construite sur la rue Morison, sera en brique et comprendra toutes les améliorations modernes. Elle devra être prête pour juin prochain. La Ville s’est engagée à voter une exemption de taxes pour dix ans, en plus de construire les trottoirs, les égouts et les services d’eau» (Le Clairon, 5 janvier 1923).


Lors de l’assemblée du Conseil municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe, du 17 janvier 1923, «son honneur le Maire déclare qu’il fixe les 8 et 9 février 1923, et les jours suivants si nécessaire, pour la votation, afin de s’assurer si le règlement no 331, accordant une commutation de taxes à la Canadian U.S. Knitting Co., [le montant de taxes pour la compagnie sera de 1,00$ par année pendant dix ans] soit adopté» (Le Clairon, 19 janvier 1923). «La nouvelle manufacture. - C’est jeudi et vendredi de la semaine prochaine, 8 et 9 février, que sera pris le vote des propriétaires fonciers sur l’exemption de taxes en faveur de la nouvelle manufacture de tricots que la Canadian U.S. Knitting Co., doit construire à Saint-Hyacinthe. Le vote sera pris dans la nouvelle bâtisse de l’Hôtel-de-Ville, rue Girouard, entre huit heures du matin et cinq heures de l’après-midi. Tous les propriétaires devront se rendre au poll pour aider le maire et le conseil municipal à augmenter le nombre de nos industries» (Le Clairon, 2 février 1923). 


Nouvelle manufacture
«M. J.-N. Dubrule, gérant de la Eastern Manufacturing Co., a fait enregistrer une déclaration, à l’effet qu’il entend manufacturer à l’avenir, des boîtes en carton, sous le nom de Yamaska Paper Box Factory» (L’Union, 20 janvier 1910).


84e bataillon
«Lord Aylmer, l’un des principaux officiers de la milice canadienne, est venu lundi soir visiter l’arsenal. Les officiers du 84e bataillon lui ont fait une jolie réception à l’Hôtel Yamaska» (journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 7 septembre 1904).


Banquet Voyageurs
L’Union, mardi 18 janvier 1910 : «Un joli banquet. - Le cercle des Voyageurs de commerce de Saint-Hyacinthe donne son quatrième dîner annuel. - D’intéressants et spirituels discours y sont prononcés. - Le banquet annuel des Voyageurs de commerce a eu lieu samedi soir dernier, à l’Hôtel du Canada. Le maire Payan était parmi les hôtes les plus distingués». 


Accident au Courrier
«Un accident est arrivé à un jeune Dubuc, du Patronage St-Vincent de Paul. Ce jeune homme était à l’emploi du journal Le Courrier. Il s’est écrasé la main dans une presse à imprimer. Ses blessures quoique très douloureuses ne nécessiteront probablement pas l’amputation de la main» (L’Union, 20 janvier 1910).


Pont des soupirs
Journal La Tribune de St-Hyacinthe, 16 septembre 1904 : «La cité de Saint-Hyacinthe a fait refaire à neuf le pont qu’on appelait autrefois le Pont des soupirs, situé sur la rue Girouard, en face de la propriété des Frères Maristes. Les noms des écoliers de vingt générations étaient inscrits sur les rampes de ce pont, ces rampes devraient être conservées à titre de reliques».


Photo:
Canadian U.S. Knitting Co., [1923].
Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH085 Studio B-J Hébert, photographe.


Cet article est le treizième d'une longue série.


Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (13)
Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (15)