Ivresse au volant

Il y a 75 ans, le 26 septembre 1947, une arrestation pour ivresse au volant. 

Police provinciale
Le 26 septembre 1947, Paul Côté conduit son automobile sur la rue des Cascades qu’il parcourt d’est en ouest. Incapable de discerner la route, car il est ivre, il entre en collision avec un piéton lui infligeant des blessures mineures. Non content de son exploit, le chauffard reprend la route. Seulement, quelques mètres plus loin, Côté entre de nouveau en collision en percutant la voiture du chef des pompiers de la Ville de Saint-Hyacinthe. Le chef se précipite alors dans le véhicule de Côté afin de saisir les clés sur le contact, voulant éviter ainsi que le dangereux conducteur ne prenne la route à nouveau.  (1)

La pensée populaire veut que les premières lois sur l’alcool au volant remontent à 1985 avec la loi C.-51. Or, le problème de l’ivresse au volant n’est pas nouveau. En effet, l’infraction « conduite en état d’ivresse » est ajoutée au Code pénal canadien dès 1921 (2). Ainsi, Côté est condamné à 100 $ d’amende, une somme considérable pour l’époque. 

Jimy Pelletier, historien

Source
(1) « Côté est condamné après avoir causé deux accidents », Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 3 octobre 1947, p. 1.  

(2) Pierre Landreville et Chantal Lavergne, « L’alcool au volant, c’est criminel depuis 1920 ! », Criminologie, vol. 22, no 1 (1989), p. 10.

Photo
Motards de la police provinciale, 1954. Collection du Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe. Fonds CH116.