Thème de l'exposition

De l’artisan à l’ouvrier

Il est fascinant de constater comment certaines portions de notre histoire peuvent facilement tomber dans l’oubli. Que reste-t-il aujourd’hui des premières industries qui se sont établies à Saint-Hyacinthe près de la rivière ? Presque rien. Seul le vieux mécanisme rouillé d’ouverture des canaux, près de la centrale électrique, nous rappelle que Saint-Hyacinthe fut autrefois témoin des débuts de l’industrialisation au Québec. Cette exposition virtuelle vise à vous faire découvrir les balbutiements de l’industrie, qui dès le XVIIIe et XIXe siècle, va s’implanter sur les rives de la Yamaska.

Dans une première section, nous vous proposons d’en apprendre sur le contexte historique de l’industrialisation et de la ville de Saint-Hyacinthe. Par la suite, vous pourrez découvrir en image les principaux secteurs d’activité qui ont autrefois marqué la ville.

Les textes que vous allez lire ne sont qu’un résumé d’une plus grande recherche. Pour consulter la recherche complète qui a mené à cette exposition, cliquez ici.I

Rédacteur, recherche et conception : Jimy Pelletier, historien.
Support technique : Vincent Bernard, historien / archiviste.

  • Galerie d'images
  • Autre exposition

Introduction

Un petit cours d’histoire

Les historiens appellent « l’ère préindustrielle », la période précédant l’apparition du capitalisme industriel qui apparaît en Europe dès la fin du XVIIIsiècle. En d’autres mots, l’ère préindustrielle se caractérise par une économie essentiellement agricole et par une production artisanale des biens. Ainsi, ce sont des artisans qui, avec quelques employés, vont s’affairer à répondre à une demande locale. Au Canada, il est possible de retrouver ces artisans autant en ville que dans les milieux ruraux.

Graduellement, vers le milieu du XIXe siècle, l’économie du Québec est amenée vers un nouveau système économique : le capitalisme industriel. Cette dernière forme d’économie se développe lentement au Canada à partir des grands centres urbains comme Montréal, Québec et Toronto. La première véritable industrie qui s’établit à Saint-Hyacinthe est la manufacture de chaussures Côté, Côté et Côté en 1865.

Brièvement, l’industrialisation se caractérise par les éléments suivants : une hausse de la production, une mécanisation accrue du travail, le développement de nouvelles machines et l’introduction du travail à la chaîne. Cette réalité favorise l’arrivée massive d’ouvriers sans expérience de travail sur les chaînes de confection de produits. Ainsi, ces caractéristiques permettent aux grandes industries d’augmenter considérablement la production de biens manufacturés et, surtout, d’augmenter leur profit via le commerce. Ce dernier point favorise le développement du capitalisme, puisque ces industriels vont devoir investir des capitaux considérables afin de développer une industrie rentable. Durant le XIXe siècle, l’industrialisation touche principalement les industries légères, c’est-à-dire l’ensemble des produits prêts à être utilisés, comme les usines de textiles et de chaussures.

Voici une carte représentant les industries de Saint-Hyacinthe avant le grand feu de septembre 1876.

Introduction 2

Un petit cours d’histoire

Les historiens appellent « l’ère préindustrielle », la période précédant l’apparition du capitalisme industriel qui apparaît en Europe dès la fin du XVIIIsiècle. En d’autres mots, l’ère préindustrielle se caractérise par une économie essentiellement agricole et par une production artisanale des biens. Ainsi, ce sont des artisans qui, avec quelques employés, vont s’affairer à répondre à une demande locale. Au Canada, il est possible de retrouver ces artisans autant en ville que dans les milieux ruraux.

Graduellement, vers le milieu du XIXe siècle, l’économie du Québec est amenée vers un nouveau système économique : le capitalisme industriel. Cette dernière forme d’économie se développe lentement au Canada à partir des grands centres urbains comme Montréal, Québec et Toronto. La première véritable industrie qui s’établit à Saint-Hyacinthe est la manufacture de chaussures Côté, Côté et Côté en 1865.

Brièvement, l’industrialisation se caractérise par les éléments suivants : une hausse de la production, une mécanisation accrue du travail, le développement de nouvelles machines et l’introduction du travail à la chaîne. Cette réalité favorise l’arrivée massive d’ouvriers sans expérience de travail sur les chaînes de confection de produits. Ainsi, ces caractéristiques permettent aux grandes industries d’augmenter considérablement la production de biens manufacturés et, surtout, d’augmenter leur profit via le commerce. Ce dernier point favorise le développement du capitalisme, puisque ces industriels vont devoir investir des capitaux considérables afin de développer une industrie rentable. Durant le XIXe siècle, l’industrialisation touche principalement les industries légères, c’est-à-dire l’ensemble des produits prêts à être utilisés, comme les usines de textiles et de chaussures.

Voici une carte représentant les industries de Saint-Hyacinthe avant le grand feu de septembre 1876.

  • Des images....
  • Galerie d'images
  • Autre exposition

Introduction 3

Un petit cours d’histoire

Les historiens appellent « l’ère préindustrielle », la période précédant l’apparition du capitalisme industriel qui apparaît en Europe dès la fin du XVIIIsiècle. En d’autres mots, l’ère préindustrielle se caractérise par une économie essentiellement agricole et par une production artisanale des biens. Ainsi, ce sont des artisans qui, avec quelques employés, vont s’affairer à répondre à une demande locale. Au Canada, il est possible de retrouver ces artisans autant en ville que dans les milieux ruraux.

Graduellement, vers le milieu du XIXe siècle, l’économie du Québec est amenée vers un nouveau système économique : le capitalisme industriel. Cette dernière forme d’économie se développe lentement au Canada à partir des grands centres urbains comme Montréal, Québec et Toronto. La première véritable industrie qui s’établit à Saint-Hyacinthe est la manufacture de chaussures Côté, Côté et Côté en 1865.

Brièvement, l’industrialisation se caractérise par les éléments suivants : une hausse de la production, une mécanisation accrue du travail, le développement de nouvelles machines et l’introduction du travail à la chaîne. Cette réalité favorise l’arrivée massive d’ouvriers sans expérience de travail sur les chaînes de confection de produits. Ainsi, ces caractéristiques permettent aux grandes industries d’augmenter considérablement la production de biens manufacturés et, surtout, d’augmenter leur profit via le commerce. Ce dernier point favorise le développement du capitalisme, puisque ces industriels vont devoir investir des capitaux considérables afin de développer une industrie rentable. Durant le XIXe siècle, l’industrialisation touche principalement les industries légères, c’est-à-dire l’ensemble des produits prêts à être utilisés, comme les usines de textiles et de chaussures.

Voici une carte représentant les industries de Saint-Hyacinthe avant le grand feu de septembre 1876.

Faites un don

Votre don est important car il nous permet de soutenir l’ensemble de nos activités et il contribue à favoriser la recherche et la diffusion de l’histoire régionale de Saint-Hyacinthe par le biais, par exemple, de publications et d’expositions virtuelles.